Atelier portes ouvertes : Parkour par Ibra

Le pôle Parkour à Tabadoul en collaboration avec le collectif Jlafet* de Tanger organisent un atelier portes ouvertes de parkour.

Jlafet est un collectif de « traceurs » de parkour qui a vu le jour en 2010 à Tanger.

C’est ainsi que Ibra, Isham et Poki et les autres ont commencé leur pratique du parkour dans l’espace urbain et ont ouvert le chemin à cet art dans la ville du detroit.

Ibra le traceur a découvert le parkour il y a onze ans. Jeune tangérois de 27 ans, il a commencé sa carrière en solo en 2008, puis il s’est crée d’année en année un réseau d’amis. Plus que des amitiés, c’est cette passion commune qui les a liés, jusqu’à aujourd’hui.

Lui et son groupe ont parcouru les spots de Tanger jusqu’à se créer une réputation et un nom « Jlafet ». Ibra a concouru deux fois auparkour-partage de Casablanca. Jason Paul, athlète allemand reconnu dans le milieu, l’a invité à Marrakech, pour la première fois, il y a trois ans et s’est ainsi fait connaître par le milieu des meilleurs du parkour. Depuis ce jour il a rencontré, dans plusieurs villes au Maroc, des grandes figures du parkour. En 2017 il rencontre, toujours à Marrakech, Daniel Ilabaca et l’été dernier il concourt à « Arab go talents ».

Aujourd’hui Ibra s’associe à Tabadoul pour pouvoir transmettre cet art aux jeunes en proposant des ateliers hebdomadaires

Le Parkour est l’art de se déplacer mais de manière efficace, avec rapidité mais aussi prudence. Ce sport extrême, popularisé par le film Yamakasi de Luc Besson, compte de plus en plus d’adeptes et se pratique aussi bien en milieu urbain que dans la nature.

Personne ne peut rester indifférent aux prouesses de ces acrobates qui défient la gravité et qui fascinent par leur agilité et leur souplesse.

Le but final du parkour est de surmonter tous les obstacles. Par obstacle on entend évidemment la partie visuel du Parkour, sauter, grimper, mais aussi la partie non visible : Le combat contre la peur du vide par exemple, quand on doit sauter sur un autre mur, mais cette partie non visible peut aussi être un souci dans la vie de tous les jours, etc … tous les obstacles doivent être surmontés, voilà ce qui nous motive à bouger, le simple fait « d’avancer ».

Histoire du parkour

A la base, le Parkour est une méthode d’entraînement qui a été créée par David Belle, inspiré par son père. Le but de cet art est de pouvoir se sortir de n’importe quelle situation uniquement grâce à ses facultés physiques et mentales. Cette méthode a été développée en s’inspirant de grands ouvrages tel que « L’Éducation physique, virile et morale par la méthode naturelle » de Georges Hébert, 4 ouvrages très complet écrits dès 1936, où le sportif peut apprendre à appréhender son environnement tout en renforçant son mental : Gestion du vertige, du stress, force mentale, etc.

David Belle a étoffé toutes ces notions, les a actualisées au monde d’aujourd’hui, et en a fait une méthode d’entraînement physique et mentale qui fait que le Parkour est aujourd’hui plus proche d’un art martial que d’un simple sport. Pour progresser physiquement et gagner en niveau il faudra obligatoirement progresser mentalement.

Aujourd’hui, le Parkour a bien évolué et commence à bien se structurer. Beaucoup d’associations voient le jour, et la discipline sort peu à peu de son cliché « sport de cité » ou « sport de voleurs », les gens voient enfin que le Parkour ne se pratique pas qu’en ville, c’est très positif pour l’avancée de la discipline.

  • 00

    jours

  • 00

    heures

  • 00

    minutes

  • 00

    secondes

Étiquettes : ,

Date

mer 24 Juil 2019

Heure

7:00 pm

Lieu

Association Tabadoul
19, rue Magellan, (au bout de la petite rue qui longe l’hôtel Biarritz, situé prés du port) 90000Tanger
Catégorie

Prochain déroulement

Atelier portes ouvertes : Parkour par Ibra
Le magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction