Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Solidaire

La Crèche de Tanger

Depuis sa création en 1987, L’association Crèche de Tanger pour les nouveaux nés et les enfants abandonnés, a porté secours à un total de 1922 enfants, dont 63 sont actuellement hébergés parmi lesquels 16 sont en situation de handicap et 16 en situation dite difficile. L’association prend en charge l’hébergement et l’accueil de 120 enfants et plus par an, pour qu’ils puissent mener une vie normale et équilibrée jusqu’à ce qu’ils trouvent une famille qui les adopte.

Avant à l’hôpital… Aujourd’hui à Boubana

Anciennement installée au sein de l’hôpital al Kortobi, dans des conditions parfois précaires, La Crèche de Tanger renaît au sein d’un nouveau local flambant neuf. Installé depuis quelques mois seulement, ce projet est un rêve devenu réalité ! Tous les enfants ont désormais un foyer qui leur permet un épanouissement dans de bonnes conditions. Ce nouveau siège est considéré comme un modèle en la matière, grâce à ses équipements et installations qui répondent aux normes internationales.

L’architecture du lieu

Dès l’extérieur, ce lieu laisse entrevoir l’espoir de jours meilleurs. L’architecture moderne a été pensée spécifiquement pour les besoins de la Crèche de Tanger. D’un terrain reçu par la Wilaya de Tanger de 2500m² dans la zone de Boubana, un bâtiment de deux étages fut construit avec à l’intérieur, un hall d’entrée donnant sur une grande salle qui se compose d’une mosquée, de bureaux administratifs, d’une salle de lecture et d’informatique, de chambres pour enfants, de salles de bains et de grands salons. En montant par les escaliers, on découvre la salle de réception où sont organisés les fêtes et les événements. Non loin de là on trouve des chambres pour bébés, une salle de jeux, un cabinet de médecin, une infirmerie, un hammam, une cuisine équipée et d’autres salles de bains. L’agencement offre un espace paisible et bien aménagé, orné d’une décoration pleine de couleurs et de joie.

Des équipes pour chaque domaine

Les petits anges de la Crèche sont accompagnés par une équipe qui veille à leur éducation, leur instruction et leur épanouissement au quotidien. Un staff médical bénévole effectue les soins et les analyses médicales et une équipe juridique se charge de l’accomplissement des procédures de tutelle (Kafala). Précisons également que les charges de la crèche sont estimées à de plus de 2.5 MDH annuels et qu’elles seront encore plus élevées avec ce nouveau bâtiment.

Les objectifs de l’association

Depuis 31 ans d’existence, l’association a réalisé plusieurs objectifs sociaux dont l’hébergement des nouveaux nés et des enfants abandonnés en attente de Kafala, la prise en charge des enfants en situation de handicap dont celui-ci a été diagnostiqué durant leur séjour à la crèche, la gestion et le fonctionnement des crèches qui prennent en charge les bébés de 3 mois à 3 ans dont les mamans travaillent, et la création de nouvelles crèches pour enfants.

Un nouveau projet pour l’hôpital Kortobi

L’association se lance dans un nouveau projet humanitaire : une extension qui sera aménagée spécifiquement pour les enfants en situation de handicap au sein de l’hôpital Al Kortobi à Tanger. Près de 4 MDH seront nécessaires pour réaliser ce nouveau défi qui consiste à transformer un bâtiment d’une surface de 298 m² au rez de chaussez et de 374 m² sur deux étages.

février 11, 2019 / par / dans
La médiathèque de la Fondation Mohammed VI

La médiathèque de la Fondation Mohammed VI s’inscrit dans un processus, conduit par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, de lutte contre l’illettrisme et les inégalités d’accès au savoir. Située à Aïn Ktiouet, face à Messalah, elle sur le chemin de nombre d’écoliers et aux abords d’une grande place et ouvre ses portes du lundi au samedi dès 10h du matin.

La médiathèque se veut être un lieu de découverte, d’échange et de sociabilité. En plus d’être un lieu de savoir, les médiathèques offrent aussi un lieu de détente grâce à la diversité des services proposés :

  • Prêt à domicile : Les abonnés peuvent emprunter des livres, des revues et des œuvres électroniques libres de droit. Les conditions d’emprunt sont précisées dans le règlement de la Médiathèque ;
  • La consultation in situ des collections de la médiathèque ;
  • L’accès en ligne aux documents électroniques ;
  • L’accès aux bases de données internes et externes ;
  • L’accès à la vidéothèque (reportages, documentaires, films scientifiques) ;
  • L’organisation d’animations (contes, portes ouvertes, ateliers, réception d’écrivains…) ;
  • La formation aux techniques de recherche de l’information sur le net ;
  • Les services de références bibliographiques …

L’inscription est ouverte à tous moyennant une inscription annuelle de 100 Dh pour les adultes et 50 Dh pour les enfants.

Espace Braille

L’espace Braille est aménagé spécialement pour les déficients visuels. Il offre une collection de plus de 3230 ouvrages en braille et/ou en gros caractères, destinée soit à la consultation sur place soit au prêt. Il dispose de trois postes de lecture et deux vidéo-agrandisseurs et même une machine à lire prénommée SARA, qui rend les documents imprimés accessibles aux personnes mal et non voyantes.

Espace Multimédias

L’offre multimédia est composée essentiellement d’un cyber-espace de 40 postes informatiques et d’une salle de projection.

Espace enfants

Cet espace présente 3476 documents en libre accès, offrant aux jeunes lecteurs une vitrine de l’actualité, un choix de livre récents, des romans, des bandes dessinées, des recueils de contes populaires nationaux et étrangers.

Situé au premier étage, elle dispose de 20645 titres. Cet espace est le carrefour d’une vaste collection de romans en français et en arabe ainsi qu’en d’autres langues. Contemporains, policiers, thrillers, fictions, 1560 bandes dessinés et de nombreux ouvrages documentaires couvrant de nombreux domaines.

Bibliothèque

novembre 12, 2018 / par / dans
JLM ENCG Tanger

Jeunes Leaders Marocains

Comme son nom l’indique, JLM est un club associatif, à but non-lucratif, composé des futurs jeunes leaders marocains. Implanté dans différentes Écoles Nationales Supérieures du Maroc, le club a vu la création de sa branche tangéroise, en octobre 2012, suite à l’initiative de Mustafa Elasri, aujourd’hui lauréat.

JLM œuvre dans le développement socio-économique et durable, au profit des populations en situation de précarité.

50 membres actifs

Tous ces jeunes volontaires ont pour ambition d’améliorer les conditions de vie de personnes dans le besoin, quel qu’il soit, matériel ou bien même émotionnel. Si beaucoup de leurs actions visent à venir en aide aux veuves ou aux mères célibataires, en les aidant à trouver de nouvelles sources de revenus mettant en exergue leurs compétences professionnelles, à l’image de la création d’un kiosque à pâtisseries mis en place à proximité d’une école de Tanger, tenu par ces femmes.

Au cours des 6 dernières années, le club a pu réaliser de nombreux projets de moyenne ou plus grande ampleur, à Tanger et ses environs. Parmi les actions  principales notables, on peut noter :

  • Projet Basma, a pour ambition de donner le sourire. Il se traduit par la distribution de repas, couvertures et vêtements aux SDF, ainsi que par des ateliers et visites au sein d’orphelinats et hôpitaux de la ville, pour apporter un peu de joie aux enfants.
  • Projet Gamilty, relève de l’entrepreneuriat social et solidaire. Les étudiants cherchent des femmes à faibles revenus, et les encouragent à préparer des plats marocains, qui sont par la suite livrés aux personnes intéressées.
  • Projet Greenschools, a comme finalité d’aménager les écoles publiques, et de faire des séances de sensibilisation sur la préservation de la nature.
  • Projet TangerEco, représente l’aspect écologique du club. Ce sont ces étudiants qui ont, pour la première fois à Tanger, mis en place un système colorimétrique des poubelles, pour trier les ordures.

Dans les prochains mois, JLM prévoit l’organisation d’une caravane médicale à Tanger, ainsi que l’installation d’une supérette au village enclavé de Zinat.

septembre 12, 2018 / par / dans
Zanka 90 : Association pour la Culture

Zanka 90, traduit par Rue 90, est une jeune association qui a déjà fait ses preuves durant les deux dernières années. Elle a été créée dans le but d’aider les porteurs de projets culturels à concrétiser leurs ambitions.

Zanka 90, est un nom chargé de symboles. Zanka, c’est la rue, signifiant une popularisation de la culture. 90, c’est le symbole du débutant, comme lorsque l’on passe le permis de conduire. L’union des deux, Zanka 90, représente toutes ses rues de quartiers populaires n’ayant pas l’honneur d’être nommées ; des lieux qui pour la plupart n’ont pas accès à l’art ou la culture.

La Culture au sens large

Créations artistiques, environnement et sports

Parce qu’on a souvent de bonnes idées mais que le chemin n’est pas toujours simple pour aller jusqu’au bout, cette structure associative apporte son soutien à tous les débutants en les aidant selon les moyens, connaissances ou contacts dont elle dispose. Que ce soit d’un point de vue administratif, législatif, organisationnel ou sponsoring, l’association offre l’expertise de professionnels alliés à un large carnet de contacts dans différents domaines, sans aucune rétention d’information.

L’effet boule de neige

L’objectif de l’association est de créer un effet boule de neige et un réseau culturel dynamique à Tanger et au Nord. Car chaque adhérent de l’association, qui aura débourséjè au moins 50 Dh et devra être porteur de projet, s’engage à rendre le service qu’il aura reçu selon ses possibilités, en fonction du domaine et de ses compétences, lors d’une autre manifestation culturelle organisée par un autre adhérent.

Offrir la possibilité de laisser grandir les idées en créant un lien entre les acteurs de la scène culturelle.

À son actif

Depuis sa création, Zanka 90 a participé à plusieurs événements et festivals de la région, de petites ou grandes envergures. Elle est aussi organisatrice ou co-organisatrice de plusieurs événements ayant marqué les derniers mois de la ville, à l’image du Festival Parcours ou encore du FLATTA, le festival Land Art qui a fait sensation auprès de tous les visiteurs des parcs de Tanger et Tétouan. Des dizaines d’oeuvres d’art biodégradables, réalisées par des artistes marocains, ornent les chemins des forêts, se fondant dans le paysage naturel environnant. Le FLATTA 2018, soutenue et encouragée par la Wilaya de Tanger et le Ministère des eaux et forêts,

est programmé de septembre à novembre prochain. Il comprendra de nombreux ateliers pédagogiques, des visites guidées en plus d’une grande exposition des créations d’une douzaine d’artistes marocains.

juillet 12, 2018 / par / dans
La Fondation Samu

Depuis son implantation au Maroc, il y a 2 ans, le SAMU Tanger, par l’intermédiaire de la Fondation SAMU créée en Espagne en 2006, a apporté son soutien à de nombreuses œuvres sociales ayant eu lieu dans la région de Tanger. S’il commercialise, auprès des particuliers ou des sociétés, son Service d’Aide Médicale d’Urgence grâce à ses ambulances entièrement équipées et ses équipes de médecins présents 24/24 et  7/7, il tient à marquer sa présence au Maroc par une dynamique positive en contribuant, dès qu’il le peut, à plusieurs actions solidaires.

Avant l’implantation du SAMU au Maroc, la Fondation avait déjà participé à une Caravane de Soins de Santé de Laayoune en Novembre 2015. Par la suite, elle a participé à la Caravane d’Amitié et de Coopération Internationale qui s’est tenue à Tan-Tan, fin 2016, initiative proposée par l’honorable Ambassadeur du Maroc en Espagne, M. Fadel Benyaich, en collaboration avec plusieurs associations du Maroc.

Elle a également répondu présente en Mai 2017, lorsqu’elle a participé à une action commune regroupant plusieurs associations en lien avec la santé, se rendant dans la commune de Laghdir, province de Chefchaouen, afin d’améliorer les conditions de santé de ses habitants.

En décembre 2017,sur l’initiative du Rotary Club Tanger Spartel, elle a participé en collaboration avec l’association des biologistes de Tanger, à une campagne de dépistage de diabète type 2, destinée aux femmes des villages situés aux alentours de Metragaz.

Caravanes médicales, mais pas seulement. La Fondation Samu a apporté un soutien à plusieurs manifestations appartenant à de multiples domaines, notamment en partenariat avec l’association Dar América Latina lors de l’action “Un livre = Un gâteau”.

Elle apporte aussi son soutien de façon récurrente à la congrégation espagnole des sœurs catholiques de Tanger, avec laquelle elle offre gratuitement consultations et soins aux bébés et à leur mère dans le besoin.

La Fondation SAMU n’entend pas en rester là et a pour ambition de soutenir un maximum de manifestations à caractère social au Maroc. Elle invite, de ce fait, toutes les associations souhaitant soumettre une demande de partenariat à écrire à l’adresse : fundacion@samu.es

mai 12, 2018 / par / dans
Association dar America latina

Cette association a été fondée en 2010 par une colombienne, Monica Etcheverry, s’étant éprise de Tanger et du Maroc, une dizaine d’années auparavant. Bien que ce soit une petite structure, elle permet à travers de nombreuses collaborations, de promouvoir la culture et l’échange culturel entre le Maroc et les pays d’Amérique Latine. C’est d’ailleurs avec le soutien de l’ambassade latino-américaine que l’association sera présente lors de la 22e édition du Salon du livre et des arts à Tanger.

Objectifs :

  • Concevoir, développer et mettre en œuvre toute action de nature en relation avec la diffusion et l’échange culturel et éducatif entre l’Amérique Latine et le Maroc.
  • Mener des activités à caractère social et humanitaire.
  • Regrouper toutes les potentialités humaines et matérielles tant sur le territoire national qu’à l’étranger dans l’objectif d’organiser, encadrer, encourager, promouvoir toutes les actions assignées.

Elle apporte souvent son soutien  à toutes les manifestations en rapport avec la culture de son continent d’origine, à l’image du festival du cinéma. Elle apporte également son soutien à plusieurs actions éducatives organisées dans la région, comme, notamment, lorsque plusieurs étudiants de l’université de Grenade sont venus donner des cours et des activités destinés aux jeunes du quartier Beni Makada, en partenariat avec la délégation de la jeunesse de Tanger.

Parmi les actions sociales qu’elle entreprend, elle se rend de façon hebdomadaire à la prison de Tanger où elle sert d’intermédiaire entre  les prisonniers originaires d’outre-atlantique et leurs familles.

Un livre = un gâteau

Pour profiter de sa présence lors du salon du livre, l’association organise une grande collecte de livres et de magazines multilingues. Donner un livre ou un magazine et repartez avec un délicieux gâteau, préparé par l’association Les Enfants du Paradis. Une fois la collecte terminée, ces ouvrages seront triés, puis distribués au sein plusieurs écoles de la région, de la bibliothèque de la prison, ainsi que via son large réseau d’associations.

avril 12, 2018 / par / dans
Human Rights Club

Ce club caritatif a été créé en 2006 au sein de l’ENCG de Tanger. Uniquement composé d’étudiants, il œuvre dans des domaines d’actions principalement liés aux droits de l’homme et à l’aide humanitaire.

Depuis sa création, le HRC a mis en place différents événements récurrents qui ont permis de financer de nombreuses actions caritatives. Organisée annuellement, La Soirée Marocaine est l’événement phare qui permet de récolter le plus de fonds. La dernière édition s’étant tenue à la mi-décembre au sein de Qsar Diafa, avait rassemblé un large public venu profiter d’un spectacle donné par de nombreux artistes célèbres ayant prêté main forte au HRC.

8 Mars : Journée de la Femme

Pour cette journée internationale, le club se rendra dans deux associations dont “100% Mamans”. Les étudiants animeront des ateliers divers et de sensibilisation, en plus d’apporter un soutien matériel grâce aux dons récoltés.

14 Mars : Caucus Capulus

Le HRC organise la cinquième édition de ce débat dont la thématique portera sur “La situation des droits de l’homme au Maroc”. De nombreuses personnalités de haut rang, parlementaires, voire ministres, ou même le président d’Amesty International Maroc.

Ouvert au public, de 15h à 19h àl’ENCGT

23, 24 et 25 Mars : Voyage Humanitaire

Le Human Rights Club organise également une mission humanitaire dont la finalité est, non seulement, le soutien financier, mais aussi le soutien moral et scolaire aux enfants de milieu précaire.  Cette action sociale sera au profit de 200 familles démunies et 80 enfants du village « Ghniwat » (situé à 40 km de Tetouan). Ils partiront distribuer des paniers alimentaires, des couvertures, des habits, des bonbons et des fournitures scolaires. Une caravane médicale se joindra également au voyage.

Pour soutenir cette action, le HRC lance un appel aux dons. Pour ce faire, contactez les par téléphone et ils passeront chercher vos dons en nature ou financiers, à partir de 100 Dh. Pour des dons plus modestes, mais tout autant honorables, vous pouvez laisser quelque chose dans l’une des douze tirelires du HRC, disposées dans différents lieux de la ville durant le mois de mars. (Kaizer, Tendy’s, Kandinski…)

Vous pourrez aussi surement croiser les étudiants du club en train de collecter des dons dans les hyper-marchés de Tanger durant tous les week-end de mars.

Plus de détails sur Facebook HRC.ENCGT

Hrc.engt0@gmail.com

Tél. 06 66 10 49 03

mars 12, 2018 / par / dans
Association Tanja Madinati

L’association « Tanja Madinati » a vu le jour en Mai 2009 sous forme d’une Organisation à but non lucratif. Constituée par des jeunes cadres, étudiants et parents issus de différentes couches sociales, Tanja Madinati œuvre dans le domaine axial du développement personnel, professionnel mais surtout informationnel de la jeunesse. Ce choix de domaine d’activité provient de la volonté d’améliorer la qualité de formation et de l’information de la jeunesse marocaine. Leur but est d’orienter les plus jeunes pour arriver au baccalauréat dans les meilleures des conditions, les aider à préparer leurs concours d’accès aux grandes écoles, tout en veillant à tisser des liens de mentorship entre les étudiants et les membres de l’association.

BUT : Accompagner et orienter la jeunesse ainsi que le renforcement de ses compétences pour un meilleur parcours scolaire et professionnel.

En chiffres

+100 membres actifs

+1000 adhérents à la cause

Environs 9323 bénéficiaires

15 Activités/an en moyenne

Projets

Orientation

Pour les élèves à partir de la 3ème année du collège, l’association organise :

  • des conférences métiers destinées aux élèves, afin de les familiariser avec les répercussions professionnelles du choix de leurs études, tant après le collège qu’éventuellement après le baccalauréat ;
  • des séances de coaching sur le développement personnel des élèves, leur confiance en soi, leur capacité à prendre la parole en public et à s’exprimer.
  • Cho3bati Forum & Jami3ti Forum : des espaces privilégiés de rencontres et d’échanges entre des responsables, des lauréats et des étudiants.
  • des ateliers au sein des collèges/lycées publics dans des villages et petites villes, répondant aux questions d’orientation.

Pour les futurs bacheliers, l’association propose des formations dans les matières nécessaires pour passer les concours des facultés et des grandes écoles nationales

Académie Tanja Madinati

Pour les élèves et étudiants à partir du collège, l’association assure leur parrainage sur plusieurs plans :

• Éducation, orientation et formation

• Valeurs et éthiques

• Développement personnel et social

CHO3BATI Forum

L’Association organise ce mois-ci son événement annuel phare. La deuxième édition de ce forum se manifeste comme une journée d’orientation et d’échange au profit des étudiants de la 3ème année de collège. Ateliers, stands et conférences animés par des experts seront au rendez-vous pour guider les jeunes étudiants et les orienter vers de bonnes voies.

Dimanche 18 février

Mairie de Tanger

février 12, 2018 / par / dans
Fondation Ali Zaoua

Créée en 2009, la Fondation Ali Zaoua est née d’un constat, celui d’un besoin de reconnexion entre les habitants de quartiers défavorisés de nos métropoles, à l’image de Sidi Moumen à Casablanca, et le reste de la population. Convaincu que cette reconnexion passera par un lien culturel et artistique, Nabil Ayouch et Mahi Binebine ont créé cette association, à but non lucratif, afin d’initier un véritable projet qui prenne racine au coeur de ces quartiers, parfois véritables zones de non-droits, et qui permette, d’abord, aux jeunes d’apprendre à s’exprimer autrement qu’à travers la violence, de découvrir un espace de dialogue et de partage, mais également de se réconcilier avec leur environnement social et favorisant ainsi leur réhabilitation psycho-sociale. En premier temps, la Fondation Ali Zaoua s’est donnée pour mission d’œuvrer pour le développement social des jeunes de ce quartier via le champ culturel et artistique.

LES FONDATEURS

Nabil Ayouch, Président.

A l’origine de la création de la Fondation Ali Zaoua en 2009, le réalisateur et producteur marocain a toujours porté le projet d’instaurer un lieu de formation culturelle au cœur du quartier de Sidi Moumen. Avec Mahi Binebine, ils décident de faire de ce rêve une réalité et de monter un centre culturel au coeur de Sidi Moumen avec le soutien des autorités et des associations du quartier.

Mahi Binebine, Co-président.

Co-fondateur du projet, l’artiste peintre et auteur découvre le quartier de Sidi Moumen en 2004, un an après les attentats. Un quartier qu’il décrit alors comme « un autre pays ». Ce pays, où des jeunes jouent au football sur une décharge l’aura inspiré pour écrire le roman à succès « Les Etoiles de Sidi Moumen », mais surtout pour contribuer à changer quelque chose dans ce Maroc qui vit loin du regard des autres.

“Les étoiles du Détroit”

un deuxième centre culturel à Tanger
Beni Makada : Un quartier de plus de 300.000 habitants
Des ateliers de danse, de musique, de peinture, de lecture…

Ce vendredi 10 novembre, trois ans après l’ouverture du centre culturel “Les étoiles de Sidi Moumen”, la Fondation Ali Zaoua inaugure le centre “Les étoiles du Détroit”. Dans ce quartier à la démographie croissante, où la culture semble être délaissée et où les moyens d’expression sont limités pour la jeunesse locale, ce nouveau centre est un véritable lieu d’initiation et de formation aux arts et aux cultures du monde. Mais le lieu ne se limite pas qu’à l’art ou à la création, il veut répondre aux besoins d’espaces d’expression et de médiation de la population.

Il créé un espace de dialogue se confrontant à toutes les idées obscurantistes, prenant l’art comme fer de lance dans sa lutte contre d’éventuelles radicalisations. Les fondateurs espèrent tisser des liens sociaux et accompagner la jeunesse tangéroise de ces quartiers périphériques dans le processus de développement culturel et social que connaît la métropole du Nord.

Ce centre offre différents espaces répartis sur plusieurs étages, dédiés aux ateliers d’arts plastiques, musique, danse, théâtre et chant, en plus d’un espace médiathèque, où des ateliers de lecture et des rencontres avec des écrivains seront organisés.

Bien que ce Centre n’ait ouvert ses portes que depuis quelques jours à peine, il compte déjà plus d’une centaine d’adhérents et il reste encore de la place pour tous les tangérois qui souhaitent faire leur demande d’adhésion.

Après Casablanca et Tanger, Nabil Ayouch et Mahi Binebine prévoient l’ouverture de deux nouveaux centres culturels à Fès en 2018 et à Marrakech en 2019.

janvier 12, 2018 / par / dans
Club UNESCO Tanger

Le Maroc a vu s’implanter au fil des années différents Club UNESCO, dans plusieurs villes du Royaume, mais peu ont subsisté. Fondé il y a dix ans, celui de Tanger regroupe une trentaine de membres qui ne manquent pas de dévotion dans les différentes tâches qu’ils s’incombent.

Au cours de la dernière décennie, ils ont mis en place de nombreuses actions caritatives et éducatives, ainsi que plusieurs grands événements, tels qu’un colloque interculturel en 2012, durant lequel des représentants de toutes les nationalités installées à Tanger ont pu prendre la parole

Le bibliobus

L’idée de ce projet est venue à la suite d’une caravane des sciences, qui avait été organisée en 2003 par la Fondation Sigma. Un petit bus qui sillonnait la région, en passant de classe en classe, dans les lycées, pour présenter des expériences scientifiques. C’est de là qu’est née l’idée du Bibliobus des Arts et de la Culture du Club UNESCO.

Le club ambitionne de faire l’acquisition d’un Ford Transit, neuf, pour lui garantir une vie plus longue et surtout pour qu’il puisse circuler dans toutes les petites pistes qui mènent aux village enclavés de la région. Ce petit bus sera customisé de sorte à pouvoir recevoir des milliers de livres, pour ensuite les distribuer aux élèves. À l’heure actuelle, la région compte 650 000 élèves du primaire au lycée, soit des dizaines de milliers de lecteurs potentiels en manque de ressources. Un circuit sera mis en place pour sillonner les petites routes de campagne, rendant ainsi la lecture accessible à tous. Romans, livres pour enfants, en français et en arabe, en anglais ou en espagnol… le but est de donner envie et de faire découvrir le bonheur que procure la lecture.

Pour financer le projet et assurer sa mise en route, le club a tablé sur une enveloppe de 500000 Dh au total, regroupant l’achat du bibliobus, sa customisation, ainsi que les frais de transport et le salaire des intervenants durant une année entière.

Une expo-vente d’oeuvres d’art pour financer le projet

Du rêve à la réalité, grâce à la générosité de nombreux artistes,  pour certains de renommée internationale. La trentaine de membres du club, s’est alors mis à contacter plus de 70 artistes, venant des grandes villes du Maroc, mais également quelques artistes étrangers. Ils leur ont ainsi demandé de devenir parrain du bibliobus en offrant une de leur œuvre, qui sera ensuite exposée puis vendue aux enchères, les fonds récoltés servant à financer le projet. Mahi Binebine, Ouazzani, Janati, El Hitmi… et beaucoup d’autres ont répondu à l’appel en offrant peintures et sculptures. Parrainée par la délégation du ministère de la Culture, l’exposition s’est ouverte le 24 novembre à la galerie Mohamed Drissi et se prolongera, à partir du 22 décembre, à l’espace Mariano Bertuchi à Tétouan. Le club envisage ensuite une exposition à Rabat au mois de janvier, avant de clôturer le tout par une vente aux enchères où il faut espérer que les acheteurs viennent nombreux pour soutenir la cause.

décembre 13, 2017 / par / dans

Suivez Tanger Pocket sur Facebook

Un p'tit Like s'vous plait


This will close in 6 seconds

Traduction