Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Escapade

Mypilu

Ouvert il y a quelques mois à Iberia, le centre de médecine esthétique Mypilu est en lien direct avec la prestigieuse clinique Arirang installée depuis 20 ans à San Sebastien. Cet établissement espagnol s’est bâti une solide image dans son pays, grâce à une large palette de traitements usant des dernières technologies associées à un service haut de gamme.

Touchant une clientèle majoritairement féminine, le centre Mypilu s’adresse également aux hommes. Et ce n’est pas pour rien. L’acupuncture, notamment, permet d’établir un diagnostic, puis de mettre en place des traitements appropriés. C’est d’ailleurs ce qui a consolidé la réputation de la clinique espagnole, qui a déjà traité plus de 150 000 patients depuis sa création.  En matière d’esthétique, Mypilu propose par ailleurs des technologies ultra-modernes. Sachant que ce domaine évolue constamment, les machines utilisées par les praticiens sont toutes de dernière génération.

Obésité, nutrition, cellulite

Pour solutionner efficacement les cas de surpoids, Mypilu propose l’acupuncture mais aussi la carboxythérapie, une technique qui consiste à injecter sous la peau, à l’aide d’une très fine aiguille, du gaz carbonique médical stérile. Un moyen radical pour faire disparaître cellulite et vergetures.

Modeler le corps

Pour redessiner la silhouette, les professionnelles qualifiées pratiquent le drainage lymphatique manuel. Le centre propose d’autres façons de faire utilisant des machines spécifiques telles que la mésothérapie pour raffermir le corps, la lipolyse laser qui libère l’excès d’eau et d’acides gras ou encore la pressothérapie via la pression de l’air.

Altération du système circulatoire

Là encore, Mypilu adoptera la pressothérapie et la carboxythérapie pour soigner ce type de pathologies vasculaires.

Douleurs générales

L’acupuncture, fer de lance du lieu, sera favorisée dans un premier temps. Plus radical, l’ozonothérapie, science nouvelle, semble combler les attentes des malades. Infections bactériennes ou virales, rhumatismes, dermatologie, traumatologie, cardiologie et même odontologie… En plus de ses propriétés largement utilisées dans divers domaines (bactéricide, fongicide…), l’ozone stimule les mécanismes biologiques et le métabolisme cellulaire, induisant un effet revitalisant.

Varices

Mypilu dispose d’une technique et de matériel lui permettant de faire disparaître les varices, sans qu’aucune chirurgie ne soit opérée.

Médecine esthétique

Que ce soit pour paraître plus jeune, ou obtenir une peau définitivement plus douce, les soins sont adaptés au derme et au souhait de chacun. Cryothérapie et photothérapie associées à un peeling permettront déjà d’effacer les marques du temps. Mais pour un effet cure de jouvence, mieux vaut opter pour la radio-fréquence, l’ozonothérapie ou alors les injections de toxine botulique (botox) et d’acide hyaluronique. Un panel de soins qui estompera les rides en plus d’hydrater et nourrir votre peau de l’intérieur. Et si vous souhaitez vous débarrasser d’une pilosité excessive, rien ne vaut l’épilation au laser diodo. Un système de pointe pour éliminer définitivement les poils du visage et du corps.

Facteurs de croissance

Si vous ne connaissez pas encore, c’est parce que c’est tout nouveau et totalement révolutionnaire ! Le principe consiste en l’injection d’un sérum riche en facteurs de croissance, pour stimuler la régénération des cellules souches. Ce sérum est puisé directement dans le sang du patient avant de lui être réinjecté par la suite. Une méthode qui répare les tissus et permet de soulager les problèmes intra-articulaires ou musculaires.

Soins esthétiques

Mypilu complète d’autre part son offre en proposant pose de vernis, maquillage, massages, tatouages…

juin 19, 2016 / par / dans
Tanger City Mall

Tout Tanger semble s’être déjà fait sa propre idée sur le premier mall de la ville. 250 000 visiteurs s’y sont déjà rendus en moins d’un mois ! Si ce n’est pas encore votre cas, voici ce que vous pourrez y découvrir.

La première chose à retenir et qui bouleverse les codes du shopping à Tanger, c’est le parking souterrain. Qu’il est bon de trouver où stationner sans tourner des heures durant.

Dès l’entrée, on se laisse surprendre par les beaux volumes et la clarté du lieu. Si l’on cumule la superficie des trois niveaux, ce ne sont pas moins de 30 000 m2 dédiés au shopping, articulés autour de deux spacieux atriums.

Au total, bien qu’il reste quelques locaux vides encore disponibles, le mall regroupe 116 établissements. Au rez-de-chaussée, un supermarché à proximité du parking permet de faire ses courses sans braver les intempéries. Le reste des boutiques des deux premiers niveaux propose principalement du prêt-à-porter, occidental ou oriental, pour hommes et femmes, des chaussures, de la lingerie, des lunettes et bijoux, des cosmétiques avec quelques grandes franchises internationales, du café et des chocolatiers, les nouveautés high-tech ou encore plusieurs magasins consacrés aux sports.

Le dernier étage est quant à lui dédié à la restauration et aux loisirs. Vous  pourrez y savourer une cuisine libanaise, asiatique, mexicaine, américaine, mais aussi des glaces ou encore des confiseries. Deux grandes salles de jeux pour enfants devraient ouvrir très prochainement. Les cinéphiles, grands et petits, pourront profiter des derniers films du box-office projetés chaque jour dans les huit salles du Mégarama.

En résumé, on pourrait dire que ce mall est un petit pas pour Tanger, mais un grand pas pour les Tangérois qui s’impatientaient de le voir ouvrir ses portes.

mai 19, 2016 / par / dans
En VTT au parc naturel de Bouhachem

La région Nord du Maroc offre quelques paysages spectaculaires, accessibles seulement à pied ou bien en VTT, mais dont les chemins ne sont pas souvent des plus praticables sans un accompagnateur expérimenté.

Découvrir le Rif d’une façon incroyable

Pour visiter le parc naturel de Bouhachem dans la région de Chefchaouen, on peut se munir de chaussures de randonnée ou bien d’un VTT auquel rien ne résiste. Mais pour être sûr de pédaler en toute sécurité, mieux vaut faire appel à un expert.

Aujourd’hui, la petite ville de Chaouen compte deux associations cyclistes : l’Union sportive cyclisme Chefchaouen et l’association Johara bleu perle de VTT.

Rendez-vous est donc pris avec Saïd Bakkali, que l’on surnomme ici Sidi Picala, autrement dit Monsieur Vélo. Ce Chaouni, issu d’une famille de huit frères, a grandi sur un deux roues. Après avoir passé 25 ans au Japon, il est revenu dans sa ville natale, l’esprit plein de projets.

Tout d’abord, il y a trois ans, il a ouvert le petit restaurant Bab Ssour, au sein d’une ancienne maison de la médina. La déco très beldi n’enlève rien aux saveurs authentiques que l’on y déguste. Tous les produits sont frais, à l’image des champignons de saison, du fromage ou encore du yaourt au lait chèvre et ses éclats de pollen.

Cette modeste table sert surtout de point de ralliement aux nombreux aventuriers qui contactent Saïd pour qu’il les accompagne en balade. Car Saïd est un spécialiste du mountain bike et du parc de Bouhachem, dont il connaît chaque piste et sentier. Depuis le temps qu’il sillonne la montagne, il a découvert et tracé ses propres parcours, sur lesquels il côtoie la faune et la flore locale, tels que les macaques ou encore le sapin marocain, arbre endémique au parc.

Depuis quelques mois, il s’est associé avec Oliver, un Allemand installé à Chaouen, dans un projet de sports extrêmes, plus particulièrement d’enduro. Une discipline visant à franchir tout type d’obstacles sans descendre de sa monture. Et pour cela, il a ramené des VTT d’Europe, équipés d’un moteur électrique, dont le prix avoisine les 50 000 dirhams l’unité. Bien que ce moteur ne soit pas d’une grande utilité dans l’enduro, il permet aux novices de tenir toute une journée d’excursion.

L’aventure

Il faut effectivement une bonne dose de courage avant de décider de prendre le départ. Mais les paysages, les rencontres et les émotions qui jalonneront le périple valent tous les efforts. Pour les excursions d’une journée, Saïd fait le plus souvent halte chez l’habitant pour le déjeuner, ce qui offre l’opportunité aux locaux des communes rurales de gagner un petit pécule et aux touristes de découvrir le Maroc authentique.

Pour les parcours sur plusieurs jours, Saïd dispose de son propre gîte qu’il loue à l’année, à Jbel L’Kalaa, à 9 km de Chaouen, pour y passer la nuit. Une maison de pierre qu’il a rénovée, équipée en eau courante et électricité, pouvant accueillir jusqu’à 18 personnes. Et pour ceux qui n’ont pas de VTT ou la possibilité de l’emmener avec eux jusqu’à Chaouen, il met à disposition quelques vélos de sa grande collection.

Les parcours

Pour répondre à toutes les demandes, différents parcours, s’adressant à tous les niveaux, sont proposés :

– 3 heures : parcours de 18 km entre routes et pistes dans le parc de Bouhachem

– 6 heures : parcours de 53 km pour les sportifs, une boucle au départ de Chaouen qui emmène jusqu’à Jbel L’Kraa

– 1 jour : parcours de 17 km, uniquement sur pistes jusqu’à Akchour, pique-nique sur place dans la nature, avant un retour en voiture.

– 2 jours : parcours mêlant pistes et routes, de Chaouen à Bni Maala en passant par Akchour, avec repas chez l’habitant et nuit dans un gîte en pleine montagne.

-7 jours et plus : parcours au départ de Tanger jusqu’à Chefchaouen, uniquement par la piste.

Point de rendez-vous : restaurant Bab Ssour, 5 rue Elkharrazin, Chefchaouen

Infos au 06 60 26 11 28

mai 19, 2016 / par / dans
Grottes d’Hercule Immersion au cœur du patrimoine historique

Hercule est sans nul doute le personnage de la mythologie grecque le plus célèbre. Son lien avec Tanger renvoie à la légende de ses douze travaux. Il se serait reposé dans la grotte après avoir porté la voûte céleste à la place du titan Atlas et dérobé les pommes d’or du jardin des Hespérides.

Aujourd’hui, c’est portés par cet engouement légendaire, que les visiteurs se pressent aux grottes pour admirer cette architecture rocheuse. Elles auraient été creusées à l’époque néolithique, la roche calcaire étant exploitée pour divers travaux et outils, notamment pour la confection de meules. Remis à neuf récemment, c’est devenu l’un des fleurons du patrimoine touristique de toute la région.

La première différence notable, c’est le tarif de la visite qui est dorénavant gratuit. Dès les premiers pas dans l’enceinte du, les changements sont visibles. On remarque qu’un dispositif d’information en plusieurs langues a été mis en place dans le but d’informer sur la légende qui lie Hercule aux grottes.

La restauration de ce monument a surtout était accès sur la construction de bâtiments, qui s’inscrivent avec harmonie dans l’esprit du lieu. Arborant de grandes colonnes de style antique, sous des terrasses panoramiques donnant sur l’Atlantique, ils abritent quelques élégants cafés et boutiques d’artisanat pour parfaire la visite. Les bancs en fer forgé sont quant à eux tout à fait adéquats pour profiter paisiblement de la brise marine.

En contrebas, les parois des souterrains, resplendissent sous l’éclat de l’installation lumineuse. Une nouveauté qui les met plus que jamais en valeur. Le sol a lui aussi troqué sa poussière contre des pavés menant au cœur des excavations. Un circuit qui mène directement à cette brèche dans laquelle s’engouffre l’océan. Sa forme particulière, rappelant l’Afrique renversée, en a fait sa réputation et accentue son aspect mystique.

On note également que de nouvelles galeries sont accessibles ; des cavités jouant avec les ombres pour attiser la curiosité. À la sortie, pour 5 dh l’entrée, vous pourrez accéder à une partie des grottes où marchands et folklore se côtoient.

Un bel aperçu du patrimoine tangérois, accessible à tous et intelligemment remis à neuf (si ce n’est l’oubli du parking !).

Achakar, Tanger. Tél. 06 53 13 67 32

En arrivant sur place, c’est avec plaisir que je découvre que l’entrée est gratuite et que tout le monde peut profiter de la beauté et de l’histoire de ce lieu. La dernière fois que je m’y suis rendu, étant sûrement avant hercule lui même, je crois me rappeler que cela était payant.

avril 19, 2016 / par / dans
Macaque de Barbarie Immersion en pleine nature

La Barbary macaque awareness and conservation (BMAC) est une organisation non gouvernementale dont le but est de promouvoir la conservation de la seule espèce de macaques présente en Afrique : le macaque de Barbarie. Très présent au Maroc, notamment dans la forêt de Bouhachem (entre Tétouan, Larache et Chefchaouen), le macaque africain est hélas considéré comme en voie de disparition depuis 2007.

L’association

C’est en 2009, quand le Docteur Sian Waters et Ahmed El Harrad se sont rendu compte du manque de prise de conscience concernant la situation du petit primate, qu’ils ont décidé de créer l’association Barbary macaque awareness and conservation. Depuis, ils s’efforcent de développer des programmes de protection, des campagnes de sensibilisation (des bergers par exemple), des conférences et des visites dans les écoles afin de toucher toutes les générations.

Leur travail

En travaillant avec le Haut commissariat des eaux et forêts et de la Lutte contre la désertification de Rabat et de Tétouan, ainsi que la Faculté de sciences de Tétouan, l’équipe implique de plus en plus de personnes dans sa mission. La réhabilitation et le recensement font partie intégrante de son programme et plusieurs dizaines de petits singes ont déjà pu retrouver leur milieu naturel. L’association rencontre néanmoins d’importantes difficultés notamment dans la région du Nord, telles que la lutte contre la déforestation, mais aussi le développement du tourisme sans considération pour l’environnement, et l’obtention de donations qui constitue un vrai problème. Pour collecter des fonds et en même temps sensibiliser les visiteurs, des excursions à la découverte des singes et de leur environnement sont organisées.

Un voyage inattendu

Après une nuit passée à Tétouan, Ahmed me donne rendez-vous sur une grande place près de mon hôtel. Il m’emmène jusqu’au Monkey Bus et nous partons en direction de la forêt. Après une heure et demie de trajet sur une route où les paysages se muent comme les saisons, nous arrivons aux portes de la réserve naturelle de Bouhachem. Ici, les reliefs s’offrent aux yeux des amoureux de la nature, fièrement vêtus de leurs parures de pins, de châtaigniers ou de chênes. Le bien nommé Jebel Bouhachem domine la région de toute sa hauteur. Fort pratique, le 4×4 nous permet de nous enfoncer avec Ahmed dans la zone boisée qui se densifie au fur et à mesure de notre progression.

Là, un singe ! Il se repose à l’ombre d’un arbre. Ahmed me conseille de rester discret pour ne pas l’effrayer. Pour la même raison, il est hors de question de sortir du véhicule. Il me prête alors ses jumelles pour mieux apprécier le primate. Nous avançons jusqu’à atteindre une petite clairière où nous pique-niquons dans un calme absolu. Durant le reste de l’aventure, d’autres groupes de macaques se sont laissés voir, sans que mon enthousiasme ne faiblisse. Bilan de la journée : j’ai pris quelques belles photos mais un meilleur zoom ne m’aurait pas fait défaut.

Tarifs : 850 Dh par personne, transport, déjeuner et rafraîchissements compris ; 300 Dh par personne en groupe à partir de 8.

En partenariat avec d’autres organisations, la BMAC lance la Journée internationale du macaque le mercredi 16 mars.

www.barbarymacaque.org

Facebook : Barbary Macaque Awareness and Conservation

Tél. 06 62 53 50 42

mars 19, 2016 / par / dans

Suivez Tanger Pocket sur Facebook

Un p'tit Like s'vous plait


This will close in 6 seconds

Traduction