Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/tangerpo/public_html/wp-content/plugins/redux-framework/redux-core/inc/classes/class-redux-output.php on line 390

Escapade

City Tour Tanger

À l’occasion de l’arrivée du bus touristique de Tanger, j’ai pu bénéficier d’une promenade magnifique sur le patrimoine culturel et historique et une découverte des monuments emblématiques de la ville.

J’ai commencé mon périple au port de Tanger où se trouve le point principal de ramassage, face à une petite cabine rouge. Un jeune monsieur m’y a expliqué le trajet et m’a vendu mon ticket. En tant que jeune adulte marocaine, je n’ai payé que 80 Dh mon ticket, et il reste valable durant 2 jours. Pour les enfants, c’est gratuit pour les moins de 6 ans et à partir de 40 Dh pour les plus grands. Seuls les étrangers se voient infliger une légère majoration sur le prix.

Le Bus

Le service est offert par la société ALSA gestionnaire du transport urbain de Tanger. Les deux bus écologiques rouges sont composés de deux étages. Si l’étage du bas avec ses grandes fenêtres offre un abri sûr lorsque que le temps est capricieux, le deuxième vous fera respirer l’air du Détroit. Assis en plein air, sous la capote rétractable, c’est un point de vue mobile sans pareil. De plus, chaque siège contient une entrée auxiliaire avec des boutons de réglage pour sélectionner la langue des explications diffusées durant le trajet par une douce voix féminine.

Deux Circuits

La première ligne, nommée Tanger ville, prend son départ au port de Tanger et passe par la rue Salah Eddine El Ayoubi vers la Place du 9 avril au Grand Socco, puis au Palais Moulay Hafid, et La Kasbah en revenant par le Café Hafa. Il conclut son détour par le Boulevard Pasteur jusqu’à la gare ferroviaire puis Tanja Marina Bay avant de regagner son point de départ.

La seconde ligne nommée Port-Cap Spartel assure la liaison entre Le port de Tanger et le promontoire de Cap Spartel en passant par Merkala, Jbel Kbir, le parc Perdicaris (Rmilat), le Phare du Cap Spartel où se rencontrent l’Atlantique et la Méditerranée. Le bus nous offre une halte aux Grottes d’Hercule avant de reprendre la route entre plages et forêts.

Les Monuments

Durant tout le trajet, notre guide vocale nous renseigne sur les différents monuments et leur histoire. Elle dresse un portrait sommaire du patrimoine Tangérois tel que le théâtre Cervantès, Palais Moulay Hafid, Sour Magazine, les Tombes phéniciennes, Cap spartel et les grottes d’Hercule… Si vous souhaitez prendre le temps de visiter l’un de ces sites, tels que le Musée de la Kasbah, vous aurez même le temps de grignoter un petit plat au Morocco Club puisque le prochain ne repassera que 3 heures plus tard.

Les plus et les moins

Grand ou petit, marocain ou étranger, le bus vous fera ressentir la magie de la ville à travers un somptueux voyage dans le temps, qui plus est, très enrichissant. Par contre, il va de soi que le voyage aurait été surement plus plaisant en été, sous un beau soleil. Petite mise en garde par la même occasion, si vous prenez le trajet qui passe par Perdicaris, faites attention aux branches.

novembre 12, 2018 / par / dans
Le Club Alpin Français

Fondé à la fin du 19e siècle en France, il s’est implanté depuis 60 ans au Maroc, à Casablanca en premier lieu. L’antenne tangéroise n’a pris vie, officiellement, qu’à partir d’avril 2009.

Bien que le club Casablancais compte 400 adhérents, trois refuges et des dizaines d’activités allant de la randonnée à la spéléologie, le ski ou le VTT… La section de Tanger, ne comptant jusqu’alors qu’une quarantaine d’adhérents, et ne disposant que de faibles moyens, organise néanmoins près d’une cinquantaine de sorties et randonnées chaque année.

Activité principale : la randonnée

Tous les dimanches matins, c’est l’heure du départ pour une longue balade pédestre dans le Rif marocain. À travers un solide réseau constitué au fil des ans, la section tangéroise dispose de nombreux guides locaux pour leur faire découvrir des paysages enclavés, que nul ne soupçonnerait. 10 à 15 kilomètres par sortie, avec un rythme décontracté, où l’on marche, certes, mais aussi où l’on profite de la nature, où l’on apprend sur de nombreux sujets, historiques ou botaniques, cela dépendant du lieu et du guide. S’il leur arrive de se retrouver non loin de la forêt de Rmilat, il faut parfois faire un long trajet avant d’arriver au point de départ. C’est pourquoi, la section met en place un covoiturage, avec un prix partagé pour le transport. Côté repas, l’heure du pique-nique est souvent un franc moment de partage et de convivialité, parfois en pleine nature, ou parfois chez l’habitant.

Sécurité garantie

Rattaché au Club Alpin Français, bénéficiant d’une licence ainsi qu’une assurance, chaque membre de la section tangéroise part ainsi avec l’esprit tranquille, car il sait qu’il sera couvert en cas de mauvais pas.

À Tanger et ailleurs

Tous les membres du club, s’acquittant de leur cotisation annuelle de 1200 Dh, (incluant l’assurance, avec un prix dégressif pour les familles) bénéficie d’un accès à toutes les sorties organisées au Maroc, mais également en France.

Une famille 2.0

Au Club Alpin Français, on ne laisse personne derrière. L’âge moyen du groupe variant à chaque sortie en fonction de la difficulté, allant des adolescents aux retraités, chacun fait en sorte que tout le monde arrive en même temps. De plus, avec le groupe whatsapp de la section, où sont partagés le programme et de nombreuses photos, c’est un contact permanent entre les membres qui renforcent la cohésion du club.

Sortie en Kayak

Disposant de 7 kayaks monoplaces, le Club Alpin organise deux sorties par an sur la lagune de Moulay Bousselham. Assisté par un guide local sur sa barque à moteur, c’est une façon saine et sportive pour découvrir ce paysage naturel extraordinaire, ainsi que la faune migratoire qui y trouve abri. De plus, les kayaks sont disponibles toutes l’année pour les membres, et le guide vous accueillera de façon magistrale à l’heure du déjeuner.

octobre 12, 2018 / par / dans
Entre eaux douces et méditerranéennes

Parce qu’il en faut peu pour être heureux, et qu’un peu d’eau fraîche, de sable fin ou de verdure suffisent, nous vous proposons un road trip de près de 350 km à travers le Nord du Maroc, entre mer et montagne.

Départ 8h de Tanger

(Si l’heure de départ décourage certains, il vaut mieux prévoir ce voyage sur 2 jours et s’arrêter pour passer la nuit.) Tout le monde en voiture, on passe à la station service pour mettre 200 Dh de Diesel, puis direction Tétouan.

Petit déjeuner à 8h35 à Ain Lahcen

Ce petit village coupé par une route nationale est parfait pour prendre un copieux premier repas à petit prix, essentiel pour profiter de toutes les activités programmées durant la journée. Une demi-heure plus tard, on reprend la route.

Arrivée à 9h30 à Tétouan

Ici, on ne fait que passer rapidement, grâce aux nouveaux aménagements routiers et tunnels qui nous facilitent la vie, et on prend la direction de Oued Laou, via la N16. Puis, à partir de là, on ouvre grands les yeux et les narines pour profiter des paysages et de l’air marin.

Arrivée à 10h30 vers Stehat

Continuez la route en direction de l’immense plage de Stehat, à 25 km à l’Ouest de Oued Laou. Vous passerez Quaà Asserasse, Targha, Azenti, des petits villages balnéaires en pleine bétonisation. Avant d’arriver à ladite ville, vous verrez une nouvelle piste sur votre gauche, en haut de la montagne, avant le virage. Elle vous conduira en voiture jusqu’à la plage, et vous pourrez rouler tranquillement jusqu’à ce vous trouviez un coin rien qu’à vous. Si vous êtes en 4×4, où que vous êtes prêt à marcher 500 mètres de plus sur le sable noir, continuez jusqu’à la petite péninsule, vous ne le regretterez pas.

Départ à 12h30 vers Akchour

Après une petite séance de baignade et de bronzage, pourquoi ne pas aller jusqu’à Akchour pour se rincer de tout le sel collé sur la peau. Reprenez la direction de Oued Laou si vous êtes à Stehat, et prenez la direction de Akchour, à travers les montagnes verdoyantes du Rif. Bien qu’il n’y ait que 33 km, comptez une heure de route.

Arrivée à 13h30 à Akchour

A votre arrivée, méfiez-vous des gardiens de parking autoproclamés qui vous diront qu’il n’y a nul part où se garer et continuez jusqu’au bout.(ça vous évitera 30 minutes de marche en plus).

La pause déj’ à 14h

Akchour offre l’un des plus paysages de la région, avec le lit de sa rivière composé d’une multitude de piscines naturelles. Une fois face au premier barrage, point de départ de votre ascension, nous vous conseillons de prendre l’escalier à droite, le long de la paroie, et de continuer en longeant le cour d’eau. Les accidents ne sont pas rares, car beaucoup de personnes se perdent dans les hauteurs et trouvent des difficultés à redescendre, donc soyez prudent. Après 15 minutes de montée vers les cascades, malgré tous vos efforts, vous serez obligé de mouiller vos chaussures. Alors, le temps qu’elles sèchent, arrêtez-vous dans un des restos, pieds dans l’eau, pour savourer un bon tajine, à 70 Dh pour 2 ou 3 personnes.

Séance baignade et plongeon à 15h

Après avoir bien mangé, sortez le maillot de bain et allez vous baignez dans l’eau fraîche mais revigorante du ruisseau. Et si vous n’avez pas froid aux yeux, et que cherchez bien, vous trouverez quelques piscines avec suffisamment de profondeur pour tenter les plongeons les plus audacieux.

Au Pont de Dieu à 16h30

Vous y êtes presque… ou pas… Le Pont de Dieu est un pont naturel entre deux montagnes. C’est l’ultime récompense pour tout ceux qui vont jusqu’au bout des chûtes d’eau. Une fois que vous y êtes, faites votre selfie, et rebroussez chemin, parce qu’il y a encore de la marche et de la route à faire.

En voiture à 17h15

Vous en voulez encore ? Sur la route d’Akchour, après la route vers Talambote, vous trouverez un café sympathique au bord de l’eau avec une petite tyrolienne et des activités pour les enfants. L’idéal pour prendre un café avant les 2 heures de route, par Tétouan qui vous ramèneront (exténué mais enthousiasmé) jusqu’à Tanger.

septembre 12, 2018 / par / dans
Retraite Kung Fu

AwakeConBal organise cette retraite unique en son genre, mêlant l’art ancestral du Kung Fu, du Taï Chi et du Yoga.

Durant une dizaine de jours, vous apprendrez à libérer vos émotions par le mouvement. Ces trois disciplines sont plus ou moins apparentées aux arts martiaux. Si grâce au septième art il est aujourd’hui difficile de détacher l’image du Kung Fu de celle d’un coup de pied retourné de Bruce Lee, le Kung Fu Shaolin consiste essentiellement en la parfaite maîtrise de plusieurs centaines de mouvements précis visant à canaliser les fluides énergétiques. L’opportunité de recevoir un enseignement direct du Kung Fu et de croiser la route de Maître Wang Xinglong n’arrivera surement pas deux fois à Tanger.  Il est l’un des disciples de la 32ème génération du temple de Shaolin. À 12 ans, il a commencé à étudier les arts martiaux traditionnels de Shaolin. Il possède une richesse de sagesse ancienne sur la science du mouvement corporel par l’application consciente et la concentration. Maître Wang est vénéré comme l’un des trésors de la Chine et se risque très rarement à enseigner en dehors de son pays. Il a répondu à l’invitation de Maître Imz, disciple direct de Maître Wang et son meilleur étudiant international, et de sa sœur Zsena Kali Raio Kay qui a été élevée dans la diversité de deux cultures, avec une riche expérience en psychologie, médias et politique.

Taï Chi est souvent réduit à une gymnastique de santé mais il peut aussi comporter une dimension spirituelle. Il a pour objet le travail de l’énergie appelée chi.

Cette retraite vous invite à comprendre les fondamentaux et découvrir les véritables pratiques Shaolin ou du Taïchi. Plus qu’une simple initiation au mouvement, vous apprendrez à vivre, manger sainement et ressentir l’unicité de votre corps et de ses besoins. L’école Shaolin apprend à défendre ses énergies et rendre son corps plus fort. Taï Chi est souvent réduit à une gymnastique de santé mais il peut aussi comporter une dimension spirituelle. Il a pour objet le travail de l’énergie appelée chi.

Libérez vos émotions, purifiez et éduquez votre corps à travers différentes étapes et sessions progressives pour connecter votre corps à votre esprit.

Nourriture healthy et cadre zen

Durant toute la durée de cette expérience, tout un menu hebdomadaire detox sera servi aux participants dans le but de rééquilibrer leurs besoins et les débarrasser des toxines accumulées. Le cadre du riad dans lequel sera tenu la retraite permettra aux participants de se détacher du monde qui l’entoure et de faire abstraction du temps qui passe pour se concentrer pleinement à l’apprentissage.

Du 29 juillet au 8 Août

10 Jours de Formations all inclusive (repas et hébergement) à 1800 £

Infos et réservations à marketing@awakeconbal.com – tél. +44 020 7460 5343

juillet 12, 2018 / par / dans
Tanger Quad : Nouveaux bolides pour de nouvelles aventures

Installé depuis 6 ans à une vingtaine de kilomètres en direction d’Assilah, Tanger Quad nous fait faire le plein d’adrénaline derrière le guidon de ses machines surpuissantes que rien n’arrête.

Après avoir réservé votre excursion de 2 à 6 heures, prenez votre voiture ou un taxi en direction d’Assilah, par la route nationale intérieure, vers par Had Gharbia. Au bout de quelques kilomètres, vu l’état de la route actuellement en travaux sur ce gros tronçon, vous vous mettrez facilement en condition de pilote de rallye…

Une fois arrivé au QG, vous ferez surement la connaissance de Florence, la fondatrice, et de Bilal, le mécano, qui vous présenteront les règles de base à respecter et le fonctionnement des engins. Selon l’âge et la force de chaque conducteur, la cylindrée des machines que vous chevauchez, varie, allant de 125 à 250 cm3 pour les anciens Yamaha et de 300 à 450 cm3 pour les tout nouveaux quads Kimco, s’étant rajoutés à l’écurie au mois de juin dernier.

Avec une telle puissance, ces bolides risqueraient de vous décoiffer si vous portiez pas un casque. Alors, avant d’attaquer, une petite séance d’initiation ou de chauffe s’impose sur le petit circuit du terrain.

Une fois bien rodé aux virages et freinages, c’est l’heure du départ pour une boucle de 2 heures et d’une trentaine de kilomètres à travers un arrière-pays, difficilement accessible autrement qu’à pieds ou à dos d’ânes.

On débute doucement, sans trop de frayeurs, sur une bonne piste s’engouffrant au milieu des pins et des eucalyptus. Notre guide nous voyant prendre confiance décide d’accélérer un peu, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Au fur et à mesure, l’angle d’inclinaison change, et l’on commence à gravir une colline sur une piste quelque peu endommagée. Puis soudain, la vue se dégage, et Florence nous fait un signe du bras pour nous arrêter et contempler cette vue à 360° qui s’offre à nous : le barrage dans toute sa grandeur d’un côté et de l’autre le mirage de l’océan dans une verdure étouffante. De là, notre guide nous pointe du doigt le point culminant de notre trajet, de l’autre côté de la vallée, sur ce qui s’apparente plus à une petite montagne qu’une grande colline.

C’est bien joli tout ça, mais quand on est à cheval sur ce genre de moteur, on a qu’une envie, c’est de l’entendre rugir. Malheureusement, tout ce qui monte doit redescendre, et c’est à ce moment là que l’on ne regrette pas d’avoir testé le frein avant, lors du tour d’initiation. Mais, même si la vitesse est bien plus lente, on apprécie la technicité que ce passage demande et nous garde bien sous tension.

Quelques coups d’accélérateur plus tard, une nouvelle ascension commence, sur des pistes toutes fraîches entretenues par une horde de camions oeuvrant pour la construction de la LGV. Jusque là tout va bien, on roule sur de la terre dont les nuances varient du rouge au noir en un clignement de paupières. Jusqu’à ce qu’un nouvel obstacle se présente à nous. Il semblerait qu’un camion ait vidé son chargement de gravats au milieu de la piste, la transformant en un hors-piste en bord un ravin. Pic d’adrénaline garanti qui vous poussera à faire preuve d’un maximum de vigilance.

Nous y voilà, sur le toit de Had Gharbia, lové à l’abris du vent entre d’immenses rochers perçant le sol tels les épines dorsales d’un stégosaure. Une petite pause le temps de rincer ma bouche du demi-kilo de poussière emmagasiné en cours de route, et top départ pour une dernière ligne droite, entre piste et route au milieu des cultures.

Ma boucle de 2 heures se conclut sans soucis, et bien qu’il m’aurait été plaisant de partir pour 6 heures, je ne suis pas sûr que j’aurais tenu le coup, vu les courbatures que j’ai ramené avec moi comme seules preuves de mes exploits.

    Rien trouvé!

    novembre 12, 2018 / par / dans
    Djebli Club

    Djebli Club

    Avez-vous déjà imaginé tout laisser tomber pour partir vivre au milieu de nulle part avec l’espoir de construire un projet écologique, sociable et durable ?  C’est le choix qu’a fait, Alae, fondateur du Djebli Club.

    Originaire du Rif, et ayant grandi entre Salé et le Nord, Alae a fait ses études au Maroc avant de poursuivre une carrière effrénée en France, au sein d’une entreprise internationale. C’est en novembre 2013 qu’il fait le choix de tout quitter et de rentrer au bercail. Il commence par faire de la médiation culturelle sur Rabat, surtout pour le plaisir, et crée plusieurs actions culturelles en parallèle, toutes avec l’optique d’ouvrir les mentalités. Il lui aura fallu attendre jusqu’en 2015 avant de se décider à quitter l’élite Rabatie et à délocaliser le concept du côté des terres familiales, dans la commune Mokrisset, entre Chefchaouen et Ouazzane.

    Quand le rêve d’une personne se transforme en vecteur de développement durable, en plateforme artistique et culturelle à vocation sociale, en espace de partage, de créativité, d’inspiration et de bonheur à l’état pur…

    Une magie éco-durable

    Après avoir fait l’acquisition d’une petite parcelle bordant le ruisseau, face au terrain de son père, il n’a cessé de se rajouter des défis qu’il a atteints grâce au soutien de ses amis, mais également de nombreux bénévoles venus lui prêter main forte. Le premier objectif, lorsque le terrain n’était que jachère, fut de construire deux maisonnettes semblant sortir de la Comté des Hobbits. Elles sont constituées de 2000 briques en pisé et d’un toit de chaume, pour lesquelles il lui aura fallu travailler durant près de 2 mois. Puis au fil du temps, les bâtiments ont poussé, entraînant avec eux de nouveaux objectifs évoluant en fonction des besoins et moyens. Actuellement, le Djebli Club s’organise autour d’une grande salle commune, le café, que la communauté locale s’est totalement appropriée au grand bonheur de son fondateur. En plus, on trouve un verger et un espace de camping avec douche en contrebas, et 4 chambres, les deux en pisé, puis deux autres en briques et pierres taillées. Ayant reçu un gros chargement de palettes d’un donateur, la prochaine bâtisse, en cours de construction, en est exclusivement composée. C’est dans cette optique du “tout recyclage” , que tout l’aménagement a été fait. Chaises et tables en bois recyclé, balançoire en pneus, mobilier vétuste ressuscité… La débrouillardise n’a de limite que la nécessité de chacun.

    150 ateliers

    900 visiteurs

    18 pays

    Ce ne sont pas que de simples visiteurs. Le concept du lieu veut que les gens qui y viennent doivent partager leur savoir avec les habitants de cette région rurale désenclavée, le but étant d’avoir avant tout un impact sociable et économique. Le Djebli Club s’autofinance, et parvient à subvenir à ses besoins vitaux grâce à l’accueil d’événements, à l’image d’une retraite de Yoga organisée à la fin du mois de juin par un club ayant loué l’espace. La finalité de ses actions a conduit à la création du Djebli Camp, la dernière édition s’étant tenue en Avril dernier. C’est un festival d’ateliers, cette année en relation avec les arts visuels. Le festival est payant pour les festivaliers venus d’ailleurs et gratuit pour les locaux. On y a accueilli jusqu’à 120 personnes. Mais toutes les actions organisées par Djebli Club et les associations avec qui il se lie sont bénéfiques à tous les habitants de la province. Ils ont dernièrement, grâce à une donation de la société française Safran, pu totalement rénover la Maison de l’étudiant, lui apportant de nouvelles couleurs et fresques, en plus d’un équipement multimédia.

    Agir localement pour un changement général.

    juin 12, 2018 / par / dans
    Le Jardin de la Villa Harris

    Pas besoin d’être motorisé, seulement motivé, pour se rendre jusqu’à ce qui s’apparente être le poumon vert de Malabata. Après un long moment d’attente, les tangérois et touristes peuvent profiter désormais de l’ombre clémente, gracieusement offerte par des arbres aux espèces hétéroclytes, venus y prendre racine bien avant notre époque.

    Ce jardin de 9 hectares, au milieu duquel siège une ancienne villa, est un héritage écologique légué aux futures générations tangéroises. La villa et le jardin qui l’entoure ont été construits à la fin du XIX siècle, par Walter Burton Harris, journaliste du Times. Un jeune homme de 20 ans, fils d’un courtier prospère, ayant débarqué à Tanger avec l’ambition d’un grimpeur social. Issu de l’aristocratie, il était un homme cultivé et rodé aux voyages dont il a rapporté de nombreuses espèces d’essences et plantes rares qu’il a mises en culture.

    Les travaux de la Villa Harris vont de bon train. Certes, il serait difficile de retrouver le charme originel d’antan de cette demeure mauresque, mais ce n’est pas chose impossible ! Après W. Harris, le lieu est devenu un casino-parc avant d’être fermé en 1940, lors de l’occupation de la ville par les troupes espagnoles. Puis ensuite, il a été racheté par le Club Med dans les années 60, qui avait aménagé un de ses villages de vacances autour de la Villa. Après la fermeture du Club Med en 1992, la bâtisse est devenue un squat durant près de 25 ans, soumis à tous les outrages…

    La rénovation du jardin semble en voie d’achèvement, seuls quelques détails restent à peaufiner, mais le résultat ne laisse rien à envier au Jardin Majorelle de Marrakech. Alors que pistachiers, conifères, eucalyptus, cactus, palmiers de toutes sortes, et même oliviers semblent s’étirer vers le ciel et s’échapper des pelouses où fleurissent des parterres multicolores venant sublimer ce cadre verdoyant. Les larges allées voient déambuler les familles rejoignant les nouvelles aires des jeux, au milieu desquelles, sous un pas plus pressé, les joggeurs s’entraînent sur une série d’équipements sportifs.

    Un bo l’air bien agréable face à l’urbanisation galopante d’une métropole.

    mai 12, 2018 / par / dans
    Fun World : Loisirs pour toute la famille

    Ouvert au sein de Tanger City Mall, ce nouveau village de loisirs propose de nombreuses attractions pour toutes les générations, dans un cadre rappelant les vieilles rues d’Amsterdam.

    Cinéma 5D

    Affrontez des dinosaures, conduisez un avion ou descendez les montagnes russes comme si vous y étiez avec ces courtes séances de cinéma plus vrai que nature.

    Mission Possible

    Revivez la scène culte de Tom Cruise en évitant les lasers. Faîtes preuve d’adresse et de sang froid pour parvenir jusqu’au check point sans déclencher l’alarme.

    Kids World

    Parcours

    Un large parcours d’obstacle regroupant toboggans, piscines à boules et modules sur plusieurs niveaux pour permettre à vos jeunes bambins de se défouler sans aucun risque.

    Voitures et hoverboard

    Si vous n’avez pas encore testé l’hoverboard, c’est le moment de l’essayer sur le petit circuit  ou bien laissez vos enfants prendre place dans une petite voiture électrique.

    Laser Maxx

    Munis de leur combinaison et de leur pistolet laser, les enfants peuvent pénétrer dans une salle obscure éclairée avec des peintures ludiques, pour une partie en groupe.

    Restauration

    3 espaces de restauration, pour toutes les envies : glaces, des jus frais ou encore des pâtisseries ou bien goûter à l’un des plats de la carte ou un plat du jour qui vous fera voyager, entre le Maroc, l’Espagne et la Hollande, avec en plus pizzas, sandwiches, et tacos…

    Game Zone

    Jouez aux meilleurs jeux d’arcade à l’image de l’inégalable Guitare Hero en plus de jeux de courses de voitures ou motos, connectées entre elles. Légèrement plus physique, le Snookball mélange le foot et le billard.

    Projection et escalade

    Projeté sur le sol ou le mur d’escalade, choisissez quel jeu s’affiche et relevez les missions en vous déplaçant le plus vite possible.

    Fun Bar

    Ce coin cosy vous reçoit pour des moments conviviaux en famille ou entre amis. Prenez un verre, sans alcool bien sûr, et prenez le micro pour une séance de karaoké.

    Simulateur de tir

    Offrez vous une partie de chasse à l’ours ou au sanglier avec ce simulateur sur écran géant, qui vous laisse le choix entre le fusil ou le pistolet pour attraper du gibier.

    Laser Maxx

    C’est l’attraction phare du Fun World. 400 m2 sur deux niveaux, avec dans un super décor enfumé et illuminé aux ultra-violets, vous attendent pour des affrontements au pistolet laser, allant jusqu’à 20 personnes. L’idéal pour s’éclater en famille, amis, ou entre collègues de bureaux.

    Team Building et anniversaire

    Profitez du Fun World pour organiser des anniversaire, avec un espace dédié aux plus petits, en plus du Mama’s Café ou du Fun Bar qui peuvent être privatisés. De plus, pour les entreprises souhaitant faire une séance de team building, une salle de meeting avec sofa, table de réunion, et équipement audio-visuel est disponible.

    novembre 13, 2017 / par / dans
    Été Indien à Marrakech : Soleil et Culture

    Vous cherchez à retrouver le parfum des vacances et le soleil de cet été, organisez vous un petit week-end à Marrakech, perle du Sud où les astres brillent toute l’année. Avec des températures qui dépassent 30° C. en octobre et un riche programme culturel, vous ne regretterez pas votre séjour.

    De Tanger à Marrakech, en voiture, en bus ou en train, cela peut paraître un long périple. Comptez une bonne demi douzaine d’heures minimum en voiture, en respectant les limitations de vitesse. En transport en commun, le bus, selon les compagnies peut être une bonne alternative, mais le train couchette de nuit, à moins de 400 Dh, est sûrement le transport le plus confortable.

    Les incontournables clichés

    Lorsqu’on se rend à Marrakech, il y a des lieux incontournables. Véritable emblème de la ville ocre, la Place Jemaa El Fna offre un brassement incessant et cosmopolite de gens qui s’entassent autour des serpents, tatoueuses au henné, danseurs et musiciens folkloriques, restaurants nocturnes, le tout bordé d’un immense souk au millier d’échoppes.

    De la place, on prend une calèche pour se promener dans les rues chics de la nouvelle ville de Gueliz ou de l’Hivernage, voire même jusqu’à la Palmeraie pour s’adonner à une balade à dos de dromadaire.

    Les Palaces Marrakchis

    Parmi les dizaines d’hôtels de luxe et les centaines de maison d’hôtes présentent à Marrakech, le choix est difficile et le résultat pas toujours à la hauteur des attentes. Parmi les Hôtels de Luxe, Le Pearl et l’Hivernage figurent sur la liste des adresses à recommander sans hésitation. Idéalement situés au sein du quartier Hivernage, à deux pas de la médina et tout autant des boutiques et adresses de luxe, c’est un havre de paix pour passer un week-end de repos, tout en profitant du Spa ou de la piscine.

    Gourmandises

    Là encore, il existe des milliers de restaurants mais tous ne sont pas forcément recommandables. Parmi les valeurs sûres, pour ce qui est du folklore local, il y a l’irremplaçable Fantasia Chez Ali et son méchoui. Et pour les tangérois qui attendent désespérément l’ouverture du Restaurant La Table du Marché à la Marina de Tanger, c’est l’occasion de découvrir l’ambiance du lieu chez son homologue marrakchi. Et en bon chauvin, si vous souhaitez prendre un café sans être dépaysé, découvrez le nouvel espace ouvert par Cappuccino au sein de l’Hivernage.

    Musées

    Si Marrakech comptait déjà plusieurs musées qui drainent une foule considérable, à l’image des Jardins Majorelle ou du Musée de Marrakech, deux nouveaux établissement viennent de s’ajouter à la liste :

    Le Musée Mohammed VI pour la Civilisation de l’Eau au Maroc – AMAN

    De par la richesse de son architecture, de sa présentation mais également du message qu’il véhicule – l’homme et l’eau au Maroc, génie et tradition renouvelés- à travers les installations, les maquettes, la nouvelle technologie utilisée, la reconstitution historique mais surtout l’ambiance unique dans laquelle plonge le visiteur, le musée AMAN vous fera voyager à travers l’épopée hydraulique & son défi au Maroc et vous dévoilera tout sur la politique de l’eau au Maroc et sur le génie marocain dans l’entrepreneuriat de cette richesse. Plus de 2000 m² d’exposition permanente vous attendent avec des explications digitales proposées en de nombreuses langues. Entrée à partir de 10 Dh.

    Le Musée Yves Saint Laurent

    Porté par Feu Pierre Berger, qui a initié la création de ce musée consacré à son ancien compagnon, le célèbre styliste français, amoureux du Maroc, de Tanger et Marrakech. Le musée occupera 4.000 m2 découpés en un espace d’exposition permanente, une salle d’exposition temporaire, une bibliothèque de recherche, un auditorium, une librairie et un café. Ouverture prévue le 19 octobre.

    octobre 13, 2017 / par / dans
    Sidi Mghayt : Un paradis secret

    Plus la route est difficile, plus l’arrivée est appréciable. Après une heure, plus ou moins, pour y parvenir, selon votre véhicule, vous serez subjugué par le calme et la beauté de cette plage aux allures d’île déserte.

    Cet écrin de nature au bord de l’Atlantique est préservé de la masse populaire qui ne se risque pas à arpenter la piste de cailloux, pour le plus grand bonheur des habitués qui sont, quant à eux, prêts à risquer leurs amortisseurs pour en profiter. Mieux vaut être prévenu, mais ne vous en faites pas une montagne non plus. Sur les deux pistes qui y mènent, la première (en partant d’Assilah) est plus longue mais accessible à la majorité des véhicules, Lamborghini et supercars mises à part… La seconde est plus courte mais beaucoup plus abrupte et difficilement praticable.

    Cette plage est un secret bien gardé, et pour causes, les avantages et caractéristiques sont nombreux. Premièrement, le fait qu’elle se trouve entre un récif et les vagues la laisse à l’abri du vent qui s’abat généralement sur les plages de l’Atlantique situées dans le Nord du Maroc. Deuxièmement, sa propreté. Elle est préservée de la pollution et les autochtones s’affairent à l’entretenir quotidiennement, le sable est propre, l’eau est limpide, voire turquoise et les algues n’y ont pas leur habitude. Troisièmement, l’argile locale, qui aurait inspiré le parfum Terre d’Hermès, Hermès étant propriétaire d’une parcelle en amont (objet d’un conflit devenu cinématographique. Pour en savoir plus regardez le documentaire Hercule contre Hermès sur Youtube.)

    Une fois la voiture au parking, il ne vous reste plus qu’à marcher sur le sable, entre le récif et l’océan, pour trouver une place libre où vous installer. Des centaines de petites paillotes, avec transats ombragés par de la paille tressée, offrent une vision paradisiaque. Si vous arrivez assez tôt, vous aurez peut être la chance de trouver une place chez Hercule, qui semble trôner là depuis l’antiquité. Installez vous et commandez une boisson et un poisson  grillé, tout frais pêché en matinée dans les vagues voisines. Et pour parfaire votre journée, après avoir alterné entre baignade et farniente, offrez-vous un bain d’argile, suivi d’un massage.

    Hercule Chiringuito, Tél. 06 66 75 12 26

    septembre 18, 2017 / par / dans

    Suivez Tanger Pocket sur Facebook

    Un p'tit Like s'vous plait


    This will close in 6 seconds

    Traduction