Tanger Pocket : Le Jardin de la Villa Harris - Tanger Pocket City-Guide
Escapade

Le Jardin de la Villa Harris

Pas besoin d’être motorisé, seulement motivé, pour se rendre jusqu’à ce qui s’apparente être le poumon vert de Malabata. Après un long moment d’attente, les tangérois et touristes peuvent profiter désormais de l’ombre clémente, gracieusement offerte par des arbres aux espèces hétéroclytes, venus y prendre racine bien avant notre époque.

 

Ce jardin de 9 hectares, au milieu duquel siège une ancienne villa, est un héritage écologique légué aux futures générations tangéroises. La villa et le jardin qui l’entoure ont été construits àla fin du XIX siècle, par Walter Burton Harris, journaliste du Times. Un jeune homme de 20 ans, fils d’un courtier prospère, ayant débarqué à Tanger avec l’ambition d’un grimpeur social. Issu de l’aristocratie, il était un homme cultivé et rodé aux voyages dont il a rapporté de nombreuses espèces d’essences et plantes rares qu’il a mises en culture.

 

 

Les travaux de la Villa Harris vont de bon train. Certes, il serait difficile de retrouver le charme originel d’antan de cette demeure mauresque, mais ce n’est pas chose impossible ! Après W. Harris, le lieu est devenu un casino-parc avant d’être fermé en 1940, lors de l’occupation de la ville par les troupes espagnoles. Puis ensuite, il a été racheté par le Club Med dans les années 60, qui avait aménagé un de ses villages de vacances autour de la Villa. Après la fermeture du Club Med en 1992, la bâtisse est devenue un squat durant près de 25 ans, soumis à tous les outrages…

 

La rénovation du jardin semble en voie d’achèvement, seuls quelques détails restent à peaufiner, mais le résultat ne laisse rien à envier au Jardin Majorelle de Marrakech. Alors que pistachiers, conifères, eucalyptus, cactus, palmiers de toutes sortes, et même oliviers semblent s’étirer vers le ciel et s’échapper des pelouses où fleurissent des parterres multicolores venant sublimer ce cadre verdoyant. Les larges allées voient déambuler les familles rejoignant les nouvelles aires des jeux, au milieu desquelles, sous un pas plus pressé, les joggeurs s’entraînent sur une série d’équipements sportifs.

Un bol l’air bien agréable face à l’urbanisation galopante d’une métropole.

Montrer plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en rapport

Découvrez aussi

Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker