Hamid El Hadri

8 ans après votre passage à l’émission TV Star Academy Maghreb,que retenez-vous ?

Que des belles choses… malgré quelques problèmes, j’aime voir le verre à moitié plein. J’ai rencontré beaucoup d’artistes et partagé la scène avec de grandes stars. Et surtout, j’y ai gagné en notoriété, mais j’ai aussi appris du point de vue humain, car j’ai construit une relation de fraternité avec les 13 candidats que réunissait le Maghreb.

Où avez-vous déjà joué ?

Jusqu’à maintenant, j’ai joué en France, Espagne, Hollande, Norvège, Italie, aux USA (à Seatle), en Algérie et Tunisie…

Originaire de Chefchaouen, vous venez de participer au Festival Alegria.

Comment cela s’est-il déroulé ?

Chaouen, c’est ma ville natale, et je la défendrai toute ma vie. Allegria est un festival qu’on a perdu durant quelques années, mais qui revient en force. J’estime que c’est une chance pour tous les artistes que d’y jouer, et surtout dans cette si belle ville. Ma participation, cette année, était vraiment spéciale, parce que je partageais la scène avec mon groupe Mazagan et avec l’artiste espagnol José El Frances, mais aussi parce que je jouais pour les gens de ma ville, devant ma famille, mes frères et soeurs et mes amis.

Mazagan, un chemin vers la gloire ?

En 2006, alors que je n’étais absolument pas connu, Mazagan m’avait invité à chanter en tant que guest “chaouani” sur la Place Outa Hammam de Chaouen, et pour moi, c’était l’accomplissement d’un rêve. Par la suite, on est devenu très amis et ils m’ont invité à jouer sur d’autres scènes, comme au Sénégal par exemple. Après le départ de l’ancien leader du groupe, ils m’ont invité à collaborer avec eux parce que je connaissais tout leur répertoire et parce que nous avions noué de très forts liens d’amitié. L’aventure a commencé en 2014, et jusqu’à maintenant, on a fait plus de 20 festivals et on en est à notre troisième single ensemble, avec la sortie d’une album à l’horizon 2016. La gloire, je ne sais pas… Mais artistiquement et humainement, on est tous vraiment épanouis, et c’est en quelque sorte une gloire personnelle.

Aujourd’hui, votre carrière est a son apogée, quelles sont les raisons de ce succès ?

À mon sens, deux choses : Le talent et le travail. J’aime travailler et je ne laisse jamais tomber, je vais jusqu’au bout. Mais c’est sans oublier toutes les personnes qui m’ont soutenu, que ce soit la famille, les amis, le public ou les relations professionnelles du domaine.

Votre musique est fraîche, pop et débordante de bonne humeur.

D’où vient votre inspiration ?

Elle vient surtout de mon humeur, de mes fréquentations et des lieux où je vais. Mais l’endroit que je préfère pour m’inspirer, c’est face à la mer. C’est ce qu’il y a de plus beau à mes yeux.

Vous interprétez un peu tous les styles musicaux, mais lequel vous définit le mieux ?

Maintenant, il y a deux styles. Celui de Mazagan, et celui de Hamid. Mais les deux convergent vers un style, disons, méditerranéen, mélangeant la musique traditionnelle marocaine au flamenco espagnol, au ray ou au chaabi algérien. Des instruments turcs ou grecs, avec des mélodies orientales ou occidentales sur des rythmes du monde entier. Tout ça mélangé, donne un style dynamique que je qualifierais de “pop traditionnelle méditerranéenne”.

Quels sont vos projets musicaux ?

On travaille actuellement sur un duo avec le chanteur et guitariste Jose El Frances, sur une de ses chansons “Fuera de mi». Un tube international qui s’est vendu en plusieurs millions d’exemplaires. Dans la chanson, on fait se rencontrer trois cultures : Espagnole, marocaine et amazigh. Sortie prévue en Novembre prochain.

Enfin, la question que tout le monde se pose…

Depuis combien de temps laissez-vous pousser cette barbe ?

Avant j’avais laissé pousser ma barbe pendant 6 mois. Mais pour ma participation au feuilleton “1001 nuits» diffusé sur Medi1 TV, j’ai du la coupé, mais maintenant, je la laisse repousser, parce que j’adore la barbe. Mais j’en profite pour passer un message : Ma barbe n’est synonyme de rien, si ce n’est de liberté.

Post Author: Tanger Pocket

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *