Musée la Kasbah des cultures méditerranéennes

Après plusieurs mois de rénovation, la Fondation Nationale des Musées (FNM) rouvre ce splendide édifice culturel qu’est le Musée la Kasbah des cultures méditerranéennes.

Niché au cœur de la Kasbah de Tanger, il était connu auparavant sous le nom du Palais de la Kasbah dit « Dar Al- Makhzen » ou « Palais du Sultan ». Bénéficiant d’une position stratégique, le site avoisinant le palais aurait été utilisé par les Carthaginois et les Romains, comme en témoigne la légende selon laquelle un temple d’Hercule s’y serait dressé autrefois. Pendant la première période de l’occupation musulmane, les sources historiques parlent d’un gouverneur installé à l’emplacement du Palais de la Kasbah de Tanger au XIIème siècle. Cependant, les données archéologiques restent très insuffisantes pour confirmer cela. Plus tard, ce site vit l’édification successive de la résidence des gouverneurs portugais « Domos Praefecti » entre 1471 et 1661, puis d’un château plus important « Upper Castle » qui fut la résidence des gouverneurs anglais de 1662 à 1684.

Redonner vie à ce lieu de notre patrimoine national permet à la Fondation d’offrir aux Tangérois, aux Marocains et aux touristes visitant la ville, un espace culturel renouvelé et l’opportunité de profiter d’un espace muséal de qualité qui leur permettra d’en connaître davantage sur la richesse de notre patrimoine. Ce musée a été rénové dans un cadre de partenariat public-privé, près de 80% du coût des travaux ayant été pris en charge par un  généreux mécène qui souhaite conserver l’anonymat.

 

Les travaux effectués ont permis de rénover le bâtiment abritant le musée et de l’équiper. Son accessibilité pratique s’est vue facilitée au niveau du rez-de-chaussée et permet désormais aux personnes à mobilité réduite d’accéder à la majorité de la visite. Autre changement majeur : les sanitaires. Avant la restauration, le musée comptait seulement une toilette dans le patio, contre 7 aujourd’hui. Un ajout d’importance lorsque l’on sait que le musée reçoit des groupes de plusieurs centaines de personnes.

 

Le nouvel agencement, la réflexion engagée sur le plan scénographique et les supports de médiation permettent de valoriser l’ensemble de la visite, notamment grâce à de nouveaux éclairages, des vitrines ou des supports modernes. Le musée, depuis sa réouverture, compte de nouveaux supports d’informations : un espace multimédia, des projections interactives, un espace pédagogique, des activités ludiques et des documents adaptés destinés aux différents segments de visiteurs.

Les visites guidées, sur réservation, sont assurées gratuitement sur place par des guides-conférenciers qualifiés.

Depuis sa réouverture au début de l’été, le musée a déjà accueilli plus de 12 000 personnes.

Actuellement, le musée offre à ses visiteurs la découverte d’une exposition exceptionnelle, constituée de collections archéologiques et ethnographiques qui reflètent la diversité et la spécificité de Tanger. L’exposition se déploie en un parcours flexible : il se décline en trois sections organisées suivant l’acheminement architectural du Palais. Un parcours chronologique éclairé par des arrêts thématiques permet ainsi aux visiteurs de contempler la beauté du bâtiment, mais aussi de reconstituer, de reconstruire et de s’approprier l’histoire de la ville et de ses interactions avec le monde méditerranéen. De la préhistoire au XXe siècle, c’est un voyage dans le temps à Tanger.

Par la suite, l’exposition met en lumière une collection d’objets attestant l’islamisation et les grandes dynasties qui se sont succédé au Maroc. Au delà des vestiges exposés, les ornements artisanaux d’époques ont été subtilement mis en avant. Le visiteur peut admirer la « Koubba K’bira », une grande coupole ornée de plâtre et de bois de cèdre sculpté et peint, qui se reflète dans un grand miroir.
Romains, grecs, égyptiens ou portugais et espagnols… le musée regroupe des vestiges de toutes les civilisation ayant marqué l’histoire de la région Nord du Maroc, et participé à la création de ce foyer d’échanges méditerranéens. De nouvelles œuvres ont fait leur apparition dans le musée, avec notamment un éphèbe en bronze datant du IVe siècle, découvert dans la cité antique de Volubilis. Le jardin de la bâtisse a été également replanté avec des variétés issues du pourtour méditerranéen, qui viennent s’ajouter au arbres millénaires déjà présent, comme ce yuka dont la base dépasse les 3 mètres de diamètre.

Pour Brahim Salimi, le conservateur du Musée, cette rénovation symbolise une renaissance. En poste depuis plusieurs années à ce poste, auparavant en tant que directeur adjoint, il se réjouit des changements apportés, et promet que d’autres ajouts se feront prochainement ainsi que de nombreuses activités et expositions éphémères. L’ouverture prochaine d’une boutique et d’un café permettra de diversifier et de dynamiser l’offre muséale de ce lieu tout en augmentant les ressources propres du musée.

 

Le Musée est ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 10 à 18h.

Tarif adultes : 20 Dh

Jeunes entre 12 et 18 ans : 10 Dh

Enfants de moins de 12 ans : 5 Dh

Post Author: Tanger Pocket

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *