Détails de l'événement


Ce pourrait être une rencontre un après-midi d’hiver, ou dans l’ombre d’une maison amie, un jour écrasé de soleil. Entre ces deux femmes, il y aurait de la pudeur et des confidences, l’instinct du partage et un immense respect. Ce n’est pas à un duel de divas que nous invite Dorsaf Hamdani en chantant Barbara et Fairouz. « J’avais envie qu’elles se parlent l’une à l’autre », dit-elle simplement. Un peu comme si Dorsaf devenait une soeur de ces deux grandes aînées si lointaines et si proches l’une de l’autre. Il fallait créer un climat propice entre musiciens tunisiens et français pour cette interpénétration des imaginaires autour de la Méditerranée d’aujourd’hui. Et, de fait, on est forcément surpris d’avoir l’impression de ne pas distinguer entre deux univers, outre la langue dans laquelle chante Dorsaf. Mélodies nées au Liban ou en bord de Seine semblent être du même matériau, de la même palette, des mêmes humeurs. Le pétillant de Fairouz semble éclairer les spleens de Barbara, qui donne son intelligence si pointue aux romantismes de la chanteuse orientale.

Dimanche 27 mai à 22h30

Jardin de l’Ecole des arts et métiers, Bab Oqla, Tétouan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker